Archives de catégorie : Nightlife

GHB crisis

Notre époque connaît plusieurs types de désastres sanitaires. Certains sont générés par notre hyper exploitation des ressources naturelles, tels les corticoïdes, d’autres par le moteur à explosion et d’autres encore par notre désir de fuite, de plaisir, voire d’auto destruction. Il est super triste de voir des jeunes mourir par la méchanceté / cupidité de tiers, comme cela vient d’arriver au fils d’une amie, qui avait 23 ans et qui n’était pas un habitué de ce genre de produit. Il suffit qu’un débile file du GBL / GHB dans une bouteille d’eau pour que la dose soit létale et que la personne qui l’absorbe soit victime d’un AVC. Dans le cas présent, au bout de deux semaines de coma, les médecins ont débranché la victime des faits survenus au Petit Bains , les séquelles dus au manque d’oxygène étaient irrémédiables.

C’était le 3e fait relatif au GHB identifié dans un club parisien depuis décembre. Le Collectif Action Nuit (groupement de plusieurs organisations professionnelles de la Nuit) a écrit aux ministres de la Santé et de l’Intérieur pour qu’une réponse sanitaire soit trouvée à un problème de santé publique. Fermer les lieux ne poussera que les usagers vers plus d’illégalité et encore moins de prévention, comme cela se passe gaiement avec le ChemSex, qui tuerait près de 40 individus en France chaque année selon une source journalistique. Combien de morts sur le dancefloor faudra t il pour que les autorités froncent un sourcil ? Là est la question.

L’article de Slate écrit par le journaliste Sofian Aissaoui a fait une vraie enquête de terrain et reprend au mieux nos principales interrogations.

Il faut croire qu’en 2018, il est de plus en plus dur d’avoir des réponses des politiques, même quand on agit au nom d’une organisation patronale.

Source : Plus Belle La Nuit association de réduction des risques basée à Marseille

Pour en savoir plus :

Fiche produit Drogues Info Service

Plastic Dreams

Dans les quelques bonnes nouvelles du moment, il y a la parution des photos d’Olivier Degorce par Pedro Winter (Headbangers Publishing) : Plastic Dreams.

En 1996, le couple Franck Perrin / Armelle Perrin de Crash Edition publie courageusement Normal People, qui a eu juste un succès d’estime avec sa collection de photos et quelques textes de journaleux (voir le mien ci dessous). Aujourd’hui c’est la grande classe, la class business pour ce recueil de photos qui sentent la « chépéritude » instantanée de grâce. On ne peut pas mieux rapporter ces moments de fête et la tronche des artistes, alors jeunes, certains ont disparu, comme GTO, partis trop vite. C’est presque devenu « Ex fan des sixties » la techno… On compte les stars et amis disparus désormais. On garde en esprit ces moments de fête dans des hangars, les interviews dans les deux studios de Radio FG (rue Rébéval avant 1995 et rue de Rivoli depuis) et la lumière dans les yeux des artistes et leurs amis.

Texte écrit pour l’édition de 1996, Normal People de M&M’S, Crash Éditions

La démarche d’Olivier est un punk (il en vient), il vole des moments aux sujets photographiés devant, à côté, par dessus et parfois par dessous (demandez lui sa collection de photos de culottes), il saisit de beaux moments.

Et c’est dans une sacrée continuité des expositions Global Tekno que Pedro Winter édite ce bel ouvrage. Pedro était d’ailleurs très présent sur le montage de Global Tekno I en 1995.

Quel bel ouvrage, hyper bien mis en page par le DA Nicolas Poillot.

Intw par Patrick Thevenin

Pour l’acheter

War on Drugs in Paris ?

Petite réaction à chaud à la lecture d’un article du Parisien, qui fait une concurrence de dingue à la ligne éditoriale de Bernard de la Villardière. Le Parisien pond des articles qui sentent bon l’Angleterre des années Thatcher et Major 30 ans après la vague Acid House des années 1988 / 1990, Vice UK a résumé cette campagne d’opinion digne de la première série House Of Cards (l’anglaise, pas la ricaine).

L’article du 14 mars sur les quais de Seine

Il est donc question de la la consommation sur les quais vers la Cité de la Teuf, le vrai nom de la Cité de la Mode, que Sarkozy nommait comme « le truc vert de Delanoë ». Ce bâtiment audacieusement réhabilité par Jacob et Mc Farlane et exploité par la Caisse des Dépôts a totalement raté sa vocation, aucune boutique, aucun défilé régulier, juste l’Institut Français de la Mode, la meilleure école pour se lancer dans le business de la mode en France. Par contre, il y a juste cinq établissements festifs, deux sur le quai, Nuits Fauves et Garage, le Wanderlust en rdc niveau rue et deux rooftops, Café Or et Communion, et pas d’action sur le périmètre, lui même relié de fait à tous les établissements festifs et culturels du quai François Mauriac devant la BNF.

Cet article fait fi des actions d’information et de réduction des risques existantes et reflète l’état de l’opinion sur la question de consommation de drogues en milieu festif. Il est tout à fait possible de réduire les risques comme le fait le Garage avec la sécurité et de mener des actions de communication envers la clientèle. Paris a la chance de disposer de Fêtez Clairs, qui est un groupement d’actions concernées par la réduction des risques en milieu festif.

L’État ignore encore l’information sur les produits toxiques, comme si la santé des consommateurs n’avait aucune importance. C’est ridicule et désolant de voir que la guerre aux drogues permet au Parisien de choquer l’électeur FN qui sommeille en nous et d’omettre les actions positives sur le sujet.

La mise en place d’une amende pour la consommation de stupéfiants décidée par Macron et Collomb est une étape importante, tout comme le rapport des députés Pouillat et Reda sur la question.

La nuit a la Gaule – Rencontres Européennes de la Nuit 2018

Alors que fleurissent de nouveau à Paris les fermetures administratives, La Machine du Moulin Rouge en est un exemple manifeste et désolant, les acteurs professionnels CHRD, Nuit et Live se réunissent en grand conciliabule dans la capitale des Gaules à l’occasion des Rencontres Européennes de la Nuit. Il y a aussi une partie publique avec les Nuits du Futur en partie public jeudi 1er février au soir.

L’ambition est grande de l’EuroCouncil of the Night : « avant de rêver, il faut d’abord comprendre » ! 10 groupes de travail s’attacheront à fignoler des propositions sur les sujets suivants : santé publique, voisinage, règlementation, Europe, fiscalité, politique culturelle… Un livre blanc sera proposé dans l’année en guise de viatique pour faire du tourisme nocturne une source d’emplois (non délocalisables) hors de l’instabilité juridique que la France ne connaît que trop bien. Moralité, malgré tous ses défauts, des spots comme Londres et Ibiza restent des destinations de prédilection pour les investisseurs. Il est en effet toujours délicat de consolider des investissements quand le pouvoir discrétionnaire d’un fonctionnaire peut rayer de la carte un projet économique. Dans la plupart des pays européens, il faut un juge pour décider de la fermeture d’un établissement et du chômage de ses salariés.

Rendez vous à Lyon jeudi 1er et 2 février 2018

 

IMERSE une expérience totale audiovisuelle

Dans le cadre de YIA – Young International Art Fair au Carreau du Temple, IMERSE présente des artistes phares de la scène audiovisuelle au public de l’art contemporain. Imaginé par le duo The Shaders qui roule une bosse bien fournie depuis quelques lustres entre événements électros mainstream et des collectifs plus pointus comme Supernova Project, IMERSE est un pas vers la fusion de l’art et des nouvelles techno sous l’angle du live.

IMERSE (17)
Samedi 21 octobre 2017

Programme de l’Auditorium :

Monochrome, visual arts factory
16h – Conférence : la Réalité Virtuelle pour l’Art
17h – Galerie d’Art en Réalité Virtuelle : faites l’expérience de l’Art Immersif
https://www.monochrome.paris/

Live A/V – 19H à 23H30

Takami Nakamoto

Musicien basé à Paris, artiste visuel et ancien architecte, Takami Nakamoto crée des performances éthérées, des installations immersives et des environnements oniriques qui enveloppent le spectateur et pulvérisent toutes barrières fictives séparant le réel du virtuel.

Fraction présente « Vector Field »

Oeuvre introduite lors du Athens Digital Arts Festival 2017, Vector Field est “une nouvelle performance audio visuelles où l’artiste explore la manipulation en temps réel d’un flux vectoriel généré par le son, une ode à l’art de la Transformation”.

Fraction (Eric Raynaud) est un musicien, compositeur et producteur de musique électonique expérimentale français. Suivant la sortie de son premier EP SUPERPOSITION sur le label Infiné, il a élargi sa pratique en se focalisant sur les arts numériques, travaillant sur des scénographies trans-media.

The Shaders x MOD 303

The Shaders est un collectif d’artistes visuels basé à Paris et fondé en 2004. Leur travail questionne les perceptions communes du temps et de l’espace au travers de performances et installations immersives.

Mod303 est un duo de musique électronique français dont le travail s’inspire de sources telles que la synthèse analogique, les rythmes abstraits et sons expérimentaux, à la recherche d’émotions nostalgiques. Signé sur le label Archipel Musique Canada en 2014, le duo a reçu un succès critique après la publication de leur premier album “Court Métrage”, suivi de “modem Call” (2015) “Programming Language” (2016) et “Paris Plage” (2017).

La Trêve

Incubateur de jeune talents issus de différents domaines, la Trêve fait appel à la multidisciplinarité et aux émotions afin de créer des expériences totales.

Event Facebook

Adresse : Carreau du Temple, 4 rue Eugène Spuller, 75003 Paris