Communiqué de la CSLMF : Décret ‘’musique amplifiée’’ contestation par les professionnels

La requête en annulation présentée, il y a un peu plus d’an, par la Chambre syndicale des Lieux Musicaux Festifs & Nocturnes (CSLMF), anciennement dénommée Chambre syndicale des cabarets artistiques et discothèques (CSCAD), contre le décret n° 2017-1244 du 7 août 2017 relatif à la prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés, a été appelée par le Conseil d’Etat à son audience du 26 novembre 2018.

Lors de cette audience, à laquelle étaient présents outre l’avocat de la CSLMF, son Président Aurélien Dubois et son Secrétaire général Michel Pilot, le rapporteur public a invité les juges du Palais Royal à rejeter purement et simplement cette requête.

Pour mémoire, ce recours, qui a obtenu le soutien de la profession (artistes renommés, organisateurs des plus grands festivals français, journalistes spécialisés), entendait démontrer :

– d’une part, que la limitation des niveaux sonores dans les lieux musicaux et festifs imposée par ce texte était fortement attentatoire à la liberté de création musicale ;

– Quid des tournées mondiales, où les niveaux sonores sont réglés à l’avance ? Veut-on créer une exception sonore sur le sol français, quitte à empêcher certains artistes de jouer ? Voir ici

– et d’autre part, qu’en procédant à une limitation drastique des sons de basses fréquences qui sont à l’origine des sensations de pulsation physique procurées par les musiques électroniques et actuelles, le décret avait pour effet de priver le public fréquentant les lieux festifs et les festivals, des sensations qu’ils viennent précisément rechercher dans ces manifestations.

– « La musique perd en physicalité et en épaisseur, à cause de la disparition des basses, celles là même qui font danser les clubbers ou pogoter les rockeurs ». Sans compter la possible désaffection du public. L’application de ce décret ouvre la boîte de pandore qui va générer une augmentation des soirées clandestines. > Voir ici

Le rapporteur public a certes reconnu que le public se rendant dans ces lieux de spectacle était « demandeur » des sensations physiques et du plaisir que l’application du décret ne permettra malheureusement plus d’éprouver.

Mais reprenant à son compte l’argumentation du ministre chargé de la santé, il a considéré, de manière péremptoire et sans discernement, que l’intérêt général relatif aux impératifs de santé publique mis en avant par le gouvernement devait prévaloir.

À titre d’illustration, le rapporteur public a cité le montant de 1.500 euros correspondant selon le ministre au coût de mise en œuvre du décret pour chaque établissement, ce qui constitue, en réalité, une sous-évaluation totalement irréaliste si on la compare aux montants exorbitants évalués au contraire par nos experts.

– l’UBU de Rennes, géré par les Transmusicales, « peut avoir trois configurations différentes, ce qui alourdit les EINS, précise Béatrice Macé. En ce qui concerne les aménagements, il faudrait une enveloppe de 30 000 euros pour la mettre en conformité,

En réalité, les exploitants se voient ainsi imposer une règlementation qui aura pour conséquence de détourner une partie du public des lieux de spectacle et de fête, tout en leur imposant des charges supplémentaires de mise aux normes, et ce, sans pour autant assurer la protection de la santé de ceux (de moins en moins nombreux) qui continueront malgré tout à les fréquenter.

De même, aucun mot n’a été prononcé par le rapporteur public pour évoquer l’émoi et la mobilisation générale suscités par la réforme, au niveau du public comme des professionnels. C’est d’autant plus regrettable que la presse s’est pourtant largement fait l’écho de ce mouvement d’indignation légitime, ainsi que la CSLMF l’avait d’ailleurs souligné dans sa requête.

Le rapporteur public est chargé d’éclairer les juges en prononçant ses conclusions dans lesquelles il expose son opinion sur les questions soulevées par la requête et sur la solution qu’il préconise. Même si elles ne lient pas la formation du jugement, ses conclusions sont le plus souvent suivies. Il reste néanmoins à attendre la lecture de l’arrêt qui devrait intervenir d’ici trois semaines environ. Bien évidemment, la CSLMF et avec elle, tous les acteurs concernés restent fortement mobilisés.

 

Global Tekno 8, un succès

Il faut se l’avouer parfois : ça marche ! Le pari (fou) de Jérôme Carrié, directeur de la Fabrique, centre d’art universitaire, attire un public jeune et bigarré. Le vernissage fut coloré et festif avec le direct radio, des DJs dans la salle de concert et les artistes venus pour l’occasion, comme Olivier Degorce et Yvette Neliaz que vous entendrez dans la visite audio de l’expo ci dessous.

Enregistré par Olivier Degorce, Jérôme Carrié nous fait la visite de Global Tekno 8

Succès également à la conférence idoine donnée aux Abattoirs jeudi 22 novembre suivie d’un Cinémix de Jean-Yves Leloup. On a même refusé quelques 200 personnes.

À suivre

Photos par Sophie Soum

2O ans du Dépôt

Du samedi 3 au dimanche 18 novembre Le Dépôt fêtera ses 20 ans d’existence. Le Dépôt fête 20 ans de clubbing Queer et de Cruising Gay avec un cortège de soirées, de performances, une exposition. et plus encore.

Avec sa double identité à mi-chemin entre Plaisir et Clubbing, le Dépôt est en phase avec la diversité et les aspirations des publics LGBTIQ+ de notre époque. L’offre du lieu se caractérise par les éléments suivants  :

  • La garantie d’offrir un lieu apaisé et sécurisé pour les gays dans l’espace cruising. Face à la montée de l’homophobie et des actes de violence qui se multiplient à l’encontre des personnes LGBTQI+ dans l’espace public, le Dépôt garantie sécurité, anonymat et prévention pour les garçons qui veulent se rencontrer.
  • Des événements LGBTQI+ dans le Queer Club avec des soirées bi, trans, inter genre qui voient des performances live d’artistes très différents, d’Amanda Lepore à des live acts électros et déjantés, comme ce fut le cas avec La Toilette, Get Used To Queer, Gender F*
  • Un lieu engagé pour la communauté LGBTIQ+ avec un partenariat avec le Centre Gay & Lesbien de Paris Ile de France, les associations de prévention PlaySafe, ENIPSE, le Kiosque et Sexosafe (ministère de la Santé). Depuis  le changement de DA en 2016, l’établissement s’est engagé au côté du Sidaction et des associations avec chaque année une soirée de collecte de fond : PlaySafe.

Une nouvelle direction artistique

Le Dépôt est un lieu festif et culturel et pas seulement du cruising (la drague en français) . C’est un lieu chargé en sensualité qui n’est pas “politiquement correct”. Ici on navigue entre paillettes, cuir et caoutchouc. La mixité de la fréquentation rend compte de la diversité non seulement des visiteurs étrangers, vu que le Dépôt est connu et constitue une institution sur son créneau.

Michel Mau en est le directeur artistique depuis 2016. Connu pour ses soirées Spirit Of Star, Michel Mau, diplômé du CELSA en “stratégie de marque”, s’est fait connaître en tant que “promoteur SDF (sans discothèque fixe) de soirées chic et LGBT. Il a “ouvert” de nombreux lieux au public festif LGBT tels que l’Olympia, le Musée des  Arts et Métiers, la Terrasse du Printemps, Le Maxim’s…

La nouvelle impulsion proposée par Michel Mau depuis 2016 ambitionne de faire du Dépôt un espace d’expression des cultures gay et queer à base d’érotisme, de shows pornos et de “politiquement pas correct”.

À l’heure du retour d’un certain ordre moral imposé par les réseaux sociaux, le Dépôt est un lieu phare pour les minorités, leur fantasme et leur liberté d’expression sexuelle. Le Dépôt offre de plus du réel dans un espace festif bienveillant.

Le Dépôt est une institution parisienne, comme le Berghain à Berlin qui mêle clubbing et cruising, ouvert 364 jours par an à partir de 14h et jusqu’à 7h du matin.

Un programme festif pour les 20 ans

Chaque vendredi, Total Beur, la soirée de référence en matière de rnb, raï & House.

Samedi 3 novembre : 20 ans XXL avec 10 DJs et le live de Haus of Morue

DJs : Tommy Marcus, Domina Pizzo, Cyril Cortez, Görkem Han, Sebastien Boumati, Manue G, Wesley Elash, Anthony Do, José Louis & Jad (Total Beur)

Samedi 10 novembre : LDMT

Less Drama More Techno Nacht Tales Edition, la soirée du DJ Ben Manson.

DJs : Rony Golding, Anthony Rossano B2B Marjo High-low & Luco Swgt

Samedi 17 novembre

16h Election Mister Rubber 2018

Venez élire le mister rubber France 2019

22h Ladies Room au Queer Club

Il y a 23 ans, Anna La Chocha crée les fameuses soirées Ladies Room avec DJ Sextoy et Patrick Vidal comme résidents. Trois ans plus tard, Le Dépôt ouvre ses portes et La Chocha devient la première Directrice Artistique du lieu. 20 ans plus tard, La Chocha est de retour pour fêter tout ça avec ses ami-e-s et artistes de toujours. 

Chaque dimanche, Jack ou le retour en fanfare du Gay Tea Dance. Véritable institution du Palace, le GTD prend place à partir de 17h avec une soirée “full disco” et une nuit orientée House des années 90.

Le Dépôt

The biggest Gay Club in Paris since 1998

10 rue aux Ours – 75003 Paris

Back To The Arcade

Du samedi 17 novembre au dimanche 16 décembre 2018, le Marché Dauphine, Arcade Legends & Vintage Game Room présentent Back to the Arcade, une exposition dans la galerie Dauphine, une invasion du Marché et des animations autour des jeux vidéos des années 80 et 90.

Back To The Arcade est la première exposition d’envergure liée à la culture geek des années 80 et 90 encore jamais réalisée aux Puces de Paris Saint-Ouen.

L’événement est parti de l’implantation de Vintage Game Room au Marché Dauphine, qui a motivé ses confrères à se prêter au jeu du retro gaming, du street art et de la pop culture.

Dans la galerie Dauphine :

– Bornes arcade vintage des années 80/90 (écran cathodique) dans leurs jus, avec des bornes debout, une table cocktail, des jeux de conduite (auto et moto),

– Bornes d’arcade classiques (Pacman, Space Invaders, Street fighter, Super Mario Bros, Tron & Michael Jackson MoonWalker),

– Une Gameboy géante,

– Un flipper  ‘pincab’ (flipper moderne avec écran LCD),

– Sélection de consoles historiques,

– Oeuvres originales d’Anti Factory

Collectif pluridisciplinaire aux accents pirate, issu de la contre culture web, Anti Factory réalise des pièces mystérieuses à découvrir le jour d’ouverture.

– Oeuvres originales de Thierry Beaudenon

Depuis quelques années, Thierry Beaudenon se consacre à la peinture, après avoir fait un parcours dans le graphisme, la pub, la BD et le livre de la jeunesse. Influencé par la culture contemporaine, il explore l’univers du pop art, des comics, des mangas et du cinéma autant sur des supports traditionnels que des portières ou des panneaux de signalisation. Pour B2A, l’artiste réalise plusieurs pièces originales.

La galerie devient une véritable salle de jeux d’arcade immersive !

Dans le Marché Dauphine :

Vintage Game Room

La boutique a été créée par Thomas Musial, qui propose de nombreux jeux des années 80 et 90 : consoles (Gameboy, NES customisées, Super Nintendo), joysticks ou manettes, jeux électroniques et jeux vidéo (Super Mario, Donkey Kong, Pokemon, Zelda, super héros…) et figurines de dessins-animées des années 70 et 80 comme Goldorak, le robot de l’espace.

Interventions des artistes de la galerie à découvrir dans le Marché : c’est l’invasion !

La célèbre Delorean, la voiture « Retour vers le Futur », sera installée au pied de la Maison Futuro, une “folie” utopique des années 70.



Sélection de jeux chez plusieurs exposants du Marché : déambulez, découvrez et entrez dans les stands.

Et aussi…

Dimanche 18 novembre :

Performances et ateliers avec Thierry Beaudenon, Anti Factory, les tatoueurs et bien d’autres.

Plus d’information, plus tard.

Chaque week end, plusieurs ateliers sont proposés :

Animation découverte de la réalité virtuelle et 3D avec des Oculus Rift ou PSVR

Atelier Pixel Art,

Atelier « Origami / Papertoys autour de la culture du jeu vidéo et/ou de la musique ».

Le Marché Dauphine

Le Marché Dauphine réunit 150 marchands aux spécialités diverses, des galeries d’art classique et contemporain aux antiquaires, espace musique, carré des libraires, mode vintage, montres et bijoux anciens… Des spécialistes reconnus dans le monde entier côtoient les marchands amoureux d’une époque ou d’un style. De plus en plus de marchands proposent des oeuvres des cultures populaire américaine, japonaise, européenne du XXe siècle, du rock à la pop culture en passant par le manga et la Hi-Fi vintage.

Infos pratiques :

Marché Dauphine

132-140 Rue des Rosiers

93400 Saint-Ouen Ouvert

Métro : ligne 4 (porte de Clignancourt) et ligne 13 (Garibaldi)

Bus 85 : arrêt Marché aux Puces

Du vendredi au lundi de 10h à 18h

#Back2Arcade #marchedauphine

www.marche-dauphine.com

Libération de Paris 24 août 1944

Ce discours se passe de commentaire, il faut juste l’écouter. Le commandant Dronne qui dirigeait la 9e compagnie de la 2e division blindée de Leclerc en 1944 et qui est entré en premier dans Paris pour se faire canarder par les allemands. L’histoire nationale a préféré exclure ces républicains espagnols, tout comme les artilleurs sénégalais et autres métèques. Sa fille parle avec son coeur encore aujourd’hui et sa parole est rare, précieuse, vu la fuite inexorable du temps.


Cette cérémonie non officielle a lieu devant le jardin des Combattants de la Nueve, que la Maire de Paris a rebaptisé ainsi en 2014. 

Un groupe réunit les personnes intéressées Association 24 août 1944, la Nueve sur Facebook

News :

Le siège de la CNT espagnole du 33 rue des Vignoles est en passe de devenir un lieu de mémoire. À suivre.

Le même jour le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez annonce le retrait du corps de Franco de la basilique de la Valle de los Caidos. Enfin ce corps est rendu à sa (putain de) famille, qui par la grâce du Rey et de Rajoy garde le titre de Duque de Franco…

Le lieu va devenir un lieu de mémoire laïc. Enfin…