Aucun commerce LGBTQI du Marais n’est protégé par le PLU

Le feuilleton de la fermeture prochaine de la librairie des Mots À la Bouche dure depuis quelques mois. La lecture du plan local d’urbanisme est sans équivoque. Pour la parcelle cadastrale « 04-AH-0033 » (source), une protection simple s’applique alors qu’elle est renforcée pour les Philosophes, La Belle Hortense, le Théâtre du Point Virgule. Et la carte des demandes administratives d’urbanisme permet de confirmer la demande de modification concernant la parcelle des Mots À La Bouche.

ÉTAT: I
DATE DÉPÔT : 14 janvier 2020
DEMANDEUR : SA DR MARTENS AIWAIR FRANCE
LIBELLE : Déposé le 14/01/2020
ADRESSE : 6 RUE SAINTE CROIX DE LA BRETONNERIE 75004 PARIS
Source

Extrait de la carte des demandes d’autorisation d’urbanisme de moins de 6 mois.

La situation de protection d’autres commerces riverains :

La Belle Hortense 31 rue Vieille du Temple, 75003 Paris
Référence cadastrale 004AJ0068
Protection renforcée de l’artisanat

Les Philosophes, 28 rue Vieille du Temple, 75004 Paris
N°004AJ0170
Protection renforcée de l’artisanat

Théâtre du Point-Virgule
7 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, 75004 Paris
Parcelle cadastrale : 04-AJ-0042
Protection particulière

Open café
17 rue des Archives, 75004 Paris
Référence cadastrale 004AF0041
Protection simple

Et c’est également le cas pour le 37 rue Vieille du Temple (Yono).

Question : comment Dr Martens peut avoir fait une demande de modification concernant la vitrine ? Il ‘y a qu’une seule réponse : Dr Martens est le nouveau propriétaire du fonds de commerce.

Le modèle économique d’une librairie est délicat, les marges sont réduites du fait du prix unique, ce n’est un mystère pour personne.

Par contre, malgré le « profond » soutien de la Ville de Paris (source), force est de constater qu’aucun commerce communautaire n’est protégé par le PLU. De plus, la Ville n’a pas proposé un site lui appartenant pour la librairie. De plus, cela pourrait être une opportunité de réunir des institutions telles que le Centre LGBT IDF, l’Inter LGBTQI, les Archives LGBTQI… Mais là je rêve total.

Ce n’est pas demain que Paris aura un lieu communautaire suffisamment bien doté en foncier pour lui permettre d’avoir une réelle autonomie financière. Et pourtant l’article de 20 Minutes a raison de s’interroger : « Quid du centre d’archives LGBT ? ». Très sincèrement, la relation de la Ville avec les associations LGBTQI a longtemps été infantile, cela a changé avec Anne Hidalgo. Mais cela n’empêche pas les cafouillages sur le site des Archives et son remplacement par la Maison des Cultures LGBTQI, qui « crispe les associations » (voir Liberation).

Le syndicat LGBT Sneg & Co rappelle le fonctionnement d’un bail commercial et lance un appel à ses adhérents.

La presse s’empare du sujet, 20MN fait un historique très précis et le NY Times tire le portrait des exploitants de l’épicerie de la rue Ste Croix de la Bretonnerie. Le blog militant du quartier ParisMarais rappelle l’absence de protection des commerces LGBT du quartier. La 4e boutique Dr Martens à Paris ouvre comme dit Sortiraparis et ParisMarais en appelle à la contestation humoristique.

Breaking news

Une solution a été trouvée pour la librairie, à suivre