War on Drugs in Paris ?

Petite réaction à chaud à la lecture d’un article du Parisien, qui fait une concurrence de dingue à la ligne éditoriale de Bernard de la Villardière. Le Parisien pond des articles qui sentent bon l’Angleterre des années Thatcher et Major 30 ans après la vague Acid House des années 1988 / 1990, Vice UK a résumé cette campagne d’opinion digne de la première série House Of Cards (l’anglaise, pas la ricaine).

L’article du 14 mars sur les quais de Seine

Il est donc question de la la consommation sur les quais vers la Cité de la Teuf, le vrai nom de la Cité de la Mode, que Sarkozy nommait comme « le truc vert de Delanoë ». Ce bâtiment audacieusement réhabilité par Jacob et Mc Farlane et exploité par la Caisse des Dépôts a totalement raté sa vocation, aucune boutique, aucun défilé régulier, juste l’Institut Français de la Mode, la meilleure école pour se lancer dans le business de la mode en France. Par contre, il y a juste cinq établissements festifs, deux sur le quai, Nuits Fauves et Garage, le Wanderlust en rdc niveau rue et deux rooftops, Café Or et Communion, et pas d’action sur le périmètre, lui même relié de fait à tous les établissements festifs et culturels du quai François Mauriac devant la BNF.

Cet article fait fi des actions d’information et de réduction des risques existantes et reflète l’état de l’opinion sur la question de consommation de drogues en milieu festif. Il est tout à fait possible de réduire les risques comme le fait le Garage avec la sécurité et de mener des actions de communication envers la clientèle. Paris a la chance de disposer de Fêtez Clairs, qui est un groupement d’actions concernées par la réduction des risques en milieu festif.

L’État ignore encore l’information sur les produits toxiques, comme si la santé des consommateurs n’avait aucune importance. C’est ridicule et désolant de voir que la guerre aux drogues permet au Parisien de choquer l’électeur FN qui sommeille en nous et d’omettre les actions positives sur le sujet.

La mise en place d’une amende pour la consommation de stupéfiants décidée par Macron et Collomb est une étape importante, tout comme le rapport des députés Pouillat et Reda sur la question.

Publié par christophe

Associé de Rosa Bonheur - Consultant artistique, communication & web - Chargé de mission à Technopol - Techno Parade