Archives par étiquette : pétition

Crise au Magasin : contexte de la clôture de la pétition en soutien à Yves Aupetitallot

Ou lettre imaginaire à Audrey Azoulay pour une vraie pétition.

L’art monopolise certains esprits. La pétition en soutien à Yves Aupetitallot se clôt sur fond d’amertume et d’espoir. L’amertume qu’un professionnel de cette stature n’ait d’autre choix que de plaider prochainement son droit  auprès du Conseil des Prud’hommes de Grenoble. L’espoir que le soutien affiché de nombreux acteurs du monde de l’art relayé en France par le Quotidien de l’Art & Art Press attire votre attention sur sa situation particulière dans un environnement où les pouvoirs publics semblent de plus en plus ignorants des réalités des scènes artistiques et culturelles qu’ils entendent pourtant soutenir

Votre administration a t elle par exemple voulu bien faire en mettant en place un appel à candidature pour le pavillon français de la Biennale de Venise ? Le règlement, pondu par la DGCA (Direction Générale de la Création Artistique), demande un « projet » financé équilibré ajusté et défini. L’artiste est un maillon de l’industrie culturelle, voire de l’économie tout court. L’emploi culturel est alimenté (entre autres) par 26 écoles des Beaux Arts crachant ses promotions inexorablement dans les files d’attente des CAF pour le RSA. Désormais, vos services demandent aux impétrants plasticiens de la Biennale de Venise de candidater selon des critères aussi bien artistiques que financiers (lien). Voulant faire fi du simple pouvoir discrétionnaire de l’État, cette méthode veut valoriser l’action du ministère, mais 12 commissaires d’exposition la dénoncent par voie de presse (Les Inrocks du 22 avril).

Grenoble n’est pas Venise, mais ça peut aussi prendre l’eau. Le CNAC Le Magasin reste le plus grand centre d’art soutenu par votre ministère hors de Paris et son directeur a été remercié pour faute grave en seule réponse aux deux procédures engagées par lui en raison notamment de la négation de l’autonomie de sa programmation… ce qui n’honore ni les exigences du droit du Travail ni les termes de la Loi sur la Création artistique que vous portez. En tout cas la Présidente du CNAC n’a pas manqué, dans les foisonnantes motivations du licenciement d’Yves Aupetitallot, d’invoquer son exposition Seydou Keïta au Grand Palais dont le succès public et médiatique souligne l’excellence. Les artistes et la scène artistique française doivent-ils considérer que cette exposition sera sa dernière création ?

Aujourd’hui, le comité de soutien à Yves Aupetitallot, vous remet par voie postale la pétition qui rassemble 779 signatures d’artistes et de professionnels de la création contemporaine, soit 223 membres du comité de soutien et 556 pétitionnaires en ligne.

Téléchargez la lettre à Audrey Azoulay, ministre de la Culture & de la Communication.

Illustration : Olivier Mosset et Yves Aupetitallot, Lausanne, 2003.

Sur le front de la night

Quoi de neuf sur le front de l’hédonisme suintant et de la créativité à paname ? Une pétition qui dépote et qui pousse des pouvoirs publics atteints parfois d’œdèmes fessiers à force de faire les ronds de cuir et à écouter Dalida en boucle (ça, c’est une dédicace à Notre Dame de Paris ;)) et toujours quelques établissements culturels en faillite (le 104) et l’annonce constante de la création d’une Symphonie de Paris tant attendue par notre célérite et attachant Pierre Boulez, jeune homme fringant s’il en est, capable de convaincre les édiles de jeter notre argent dans une merveilleux nid de poule à 400M€.

L’événement est le succès de la pétition Quand La Nuit Meurt en Silence, qui a largement été médiatisée. Le New York Times résume bien la situation en narrant les mésaventures du Zero Zero, que je trouve être le meilleur spot de Paris (gens + musique + bière = succès garanti). Le lieu échappe à une énième fermeture administrative si tout va bien (on prie Sainte Rita encore à cette heure !).

Vue des stickers par http://ramona.typepad.fr/ramona/

La pétition a provoqué une forte énergie fédératrice des professionnels et du public autour des métiers de la nuit, sur les nuisances sonores et elle a mis en lumière une législation mal adaptée, mais aussi les carences, dans une ville comme Paris, du soutien à la nuit par les pouvoirs publics comme enjeux de politique locale et d’attractivité touristique.

À ce sujet, on peut parcourir l’étude sur l’attractivité nocturne de Paris réalisée par l’École de Guerre Économique sur demande de la Chambre Syndicale des Cabarets Artistiques et Discothèques (CSCAD, syndicat le plus représentatif des lieux nocturnes parisiens). Bonne lecture de chevet pour nos amis politiques en panne d’idées sur une des premières industries du pays.

La pétition permet ainsi d’ouvrir un débat de société: le vivre ensemble ! Même la nuit, on peut vivre et travailler ensemble, car, même si tous les chats sont gris, près de 40% des travailleuses-eurs parisiens poussent les wagonnets au fond de la mine entre 20h et 4h du matin… Les signatures (presque 15 000) s’arrêtent ce 31 Janvier 2010 à minuit. N’hésitez pas à faire encore et encore tourner !

Le projet de la pétition est de se porter candidate à la réalisation des États Généraux de la Nuit, séminaire professionnel pour valider une concertation sur des réformes de règlements obsolètes ou mal/pas appliqués et réunir tout le petit monde de la night dans des ateliers thématiques. Le débat dépasse la commune de Paris (105 km2), certaines réformes portent sur des articles de lois s’appliquant à tout le monde (norme de bruit, catégories sur les Établissements Recevant du Public, etc.).

Pour le moment, seule la Ville de Paris a annoncé une journée de séminaire de l’Observatoire des Lieux de Vie et de Diffusion Culturelle, créé à l’occasion de la Charte des Lieux de la Ville en 2004. Ces ateliers de travaillant verront la participation de la Préfecture de Police de Paris, qui est vraiment à la hauteur des enjeux et représente un État muet sur la question.

Notre Ministre de la Culture (& de la Communication) n’a eu qu’une parole blasée et déplacée à France 3 : « ce n’est pas parce que quelques bobos ne savent pas où aller qu’il faut s’inquiéter ! ». Dommage de sa part… Exit aussi la Région Ile de France dont les candidats auront à répondre en vidéo au questionnaire de la pétition.

Et pour ne pas terminer sur note triste, je vous propose de revivre ce grand moment de délicieuse musique revisitée par les Disques En Rotin (label mythique niçois) mis en image par Brice Dellsperger et interprété, entre autres, par Jean-Luc Verna.