Archives du mot-clé 11.100.34 AVOCATS ASSOCIES

Pour ou contre le projet de loi Hadopi ?

Source : http://filtragedunet.blogspot.com/

Le projet de loi Hadopi ou « projet de loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet » a été présenté en conseil des ministres le 18 juin 2008 par la ministre de la Culture & de la Communication Christine Albanel et suit depuis cette date un examen parlementaire classique. Cependant il a failli partir en sucette au Sénat par des amendements révélant les craintes qu’un organisme non judiciaire ait la possibilité d’imposer des amendes et des fermetures d’accès à Internet sans le concours de juge. Le même scénario que la loi DADVSI (Droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information) aurait pu se produire, ce qui eût été fâcheux pour le Gouvernement. La France est très en retard sur l’adaptation de la Loi à la réalité numérique, ces contre-temps parlementaires révèlent une certaine dichotomie.

Le projet de loi HADOPI a pour objet de mettre en place un système de riposte graduée contre le téléchargement illégal et de créer un fichier national des contrevenants, sous la responsabilité d’une nouvelle autorité administrative indépendante dénommée Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI).

Cela ne fait que créer une « autorité indépendante » de plus au service du Ministère de la Culture & de la Communication. Parmi celles ci, on peut compter le CSCPLA (Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique) ou le CSMA (Conseil Supérieur des Musiques Actuelles). La Hadopi aura un rôle très important dans la lutte contre les contrefaçons et aura à charge de gérer toutes les infractions constatées sur le territoire national. De plus, elle sera en contact direct avec les citoyens, un peu comme les commissions départementales sur le sur endettement personnel.

Souce : http://filtragedunet.blogspot.com/

Hadopi est une loi faite sur mesure pour protéger les ayant droits des œuvres audiovisuelles (musique et cinéma) du « piratage », cette pratique fort répandue depuis l’avènement du haut débit qui consiste à se procurer gratuitement des œuvres assujetties au droit d’auteur et donc au CPI (Code de la Propriété Intellectuelle).

Il existe un débat qui ignore les clivages partisans sur l’opportunité des mesures préconisées par cette loi, et qui se veut une « amélioration » de la peine de 300 000 € qu’un contrevenant au CPI peut se voir infligé.

Ce projet de loi a été mis en scène sous la forme d’un happening juridique et a fait l’objet d’un débat public le jeudi 16 octobre 2008, organisé par La Cantine et le cabinet 11.100.34 AVOCATS ASSOCIES (Lucile Brandi-Sommerer, Jérôme Giusti et Serge Vatine).

Participaient à cet évènement :
– Xavier Filliol, co-président de la commission musique du GESTE,
– Frédéric Goldsmith, délégué général de l’APC,
– Simon Istolainen associé dirigeant de MyMajorCompany,
– Hervé Rony directeur général du SNEP et
– Jérémie Zimmerman, co-fondateur de La Quadrature du Net.

Vous pouvez maintenant visionner cet happening juridique. Il vous est présenté en 5 parties.

Consultez également le blog http://happeningjuridique.wordpress.com/ et postez votre avis.

Si vous êtes :

La vidéo ci dessous fait partie d’une campagne d’information virale lancée par la société civile des producteurs phonographiques indépendants (SPPF). Qu’en penser ? Est ce que ça va changer quelque chose ?
Il faudrait, comme l’affirment les tenants de la « longue traîne », qu’une partie des utilisateurs de fichiers audiovisuels soient conquis par les artistes découverts grâce à l’écoute en stream ou par le téléchargement et en deviennent consommateurs.
L’économie de la musique enregistrée tient désormais dans la vente de tickets de concert, en achat de supports premiums, comme des CDs améliorés, et de produits dérivés, etc. On ne pourra pas revenir en arrière, sauf catastrophe mondiale qui couperait tous les réseaux Internet et hertziens. Alors, valoriser aux yeux des internautes le travail que nécessite toute création d’oeuvre de l’esprit (pour reprendre la définition juridique) est tout à fait louable moralement, éthiquement et humainement. « Télécharger une chanson prend 20 secondes, la créer prend 20 jours » : présenter la chose ainsi reviendrait à ramener le problème du téléchargement autrement.
Peut être que si les « pirates » (bouh bouh les méchants !) avaient conscience de nuire à des semblables, ils n’auraient pas l’ignorance des petites gens qui n’ont que faire des problèmes des puissants ou reprèsentants d’organismes désuets et d’arrière garde. Malheureusement, la DADVSI ou la HADOPI sont l’expression d’une industrie qui refuse de voir que le monde a changé.