Mieux vaut un Pierrot qu’une Techno Parade

Conçus lors des États Généraux de la Nuit de la Ville de Paris en novembre 2010, les Pierrots de la Nuit ont été pensés comme un moyen d’apaiser les fêtards faisant du bruit sous les fenêtres des riverains (et donc électeurs) parisiens. C’est une initiative que Barcelone expérimente depuis des années.

Hormis le fait que je ferais un bond de 10m si un « ange du silence » venait à moi si j’étais dans un état éthylique, je ne suis pas convaincu du choix d’avoir créé des « brigades artistiques d’intervention nocturne » et ce pour plusieurs raisons.

D’abord pour le montant de l’aide versée par la Ville de Paris : 246 000 € versées par le Conseil de Paris en deux fois à AMUON, l’association en charge de cet audacieux système. Cette association de prestation de services met plus en avant la création artistique que l’action de médiation envers les riverains, les exploitants et les noctambules. Comment croire que « l’art dans la rue » puisse faire taire les fêtards ? C’est assez hypothétique. Un agent de sécu a plus d’autorité  que des « anges du silence » envers des individus en état d’ébriété… J’ai peur pour ces angelots, Paris n’est pas la Suisse, la violence gratuite y sévit.

La lecture du dossier de presse ne rassure pas sur la viabilité du projet à long terme : l’économie de la structure et l’absence des riverains dans le dispositif. Leur avis n’est guère demandé, on aurait pu croire que les « Vivre Le Marais » et autres associations aient du moins la possibilité de faire appel aux services des anges en cas de tapage. Un service de hotline eût été intelligent pour intervenir dans les zones bruyantes. Quant à l’auto-financement du projet, même si l’action des Pierrots bénéficie aux établissements incapables de gérer le bruit à leur porte, ceux-ci vont ils supporter le coût de telles prestations ? Il n’y a pas trace d’une prospection envers les exploitants dans ce dossier. Quelque part, les « anges » constituent une forme de distorsion de concurrence. Cela pénalise les exploitants de lieu salariant des médiateurs et agents de sécurité qui réussissent à concilier l’exploitation de leur lieu et la tranquillité de leurs riverains sans aides publiques.

Lire Le Monde pour en savoir plus.

Autre constat amer : mieux vaut envoyer des Pierrots dans la rue qu’organiser la Techno Parade.

Avec 30 000 € de soutien par an, Bertrand Delanoë et en particulier son éternel adjoint à la Culture Christophe Girard démontrent encore une fois leur désintérêt à l’encontre de Technopol, qui attire 300 000 participants chaque année et s’efforce d’animer la scène électronique à Paris toute l’année par ses formations, ses débats et actions d’intérêt général. Finalement, un Pierrot vaut quatre Techno Parade. L’avenir nous dira si ce dispositif trouve sa place auprès des exploitants de lieu et des publics.

Suivre les Pierrots ici.

Les Pierrots deviennent célèbres et sont caricaturés dans une émission de Laurent Ruquier par deux comiques (pas très drôles en plus).

Publié par christophe

Associé de Rosa Bonheur - Consultant artistique, communication & web - Chargé de mission à Technopol - Techno Parade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.