Paru en 2006, Pyromanes est résolument le roman rêvé de la fête et de l’appel de la forêt. Écrit par Vincent Borel, ancien rédacteur en chef de Nova Magazine, critique du baroque et de Wagner, auteur de plusieurs romans dont le plus connu est « Un ruban noir », Pyromanes est le « Trainspotting » qu’aucun autre auteur n’a réussi à égaler en vérité et sensibilité.

Une scène érotique constelle le récit apocalyptique « Pyromanes » : une artiste plasticienne du courant « destroy art » en performance dans une forêt reculée de la région des Alpes de Haute Provence rencontre par le plus grand des hasards le « Vendredi » local, un enfant sauvage devenu un bucheron ours. C’est la rencontre de la carpe et du lapin sur fond d’étoiles en marge d’une free party, qui déclenche, en effet, la fin du monde… à cause de la foudre qui touche tout ce beau petit monde. La foudre est le doigt de Dieu, attirée par les piercings de la plasticienne et des teufeurs qui sortent transformés de cette intervention cosmique…

Vincent Borel détaille que c’est un carnaval « foldingue », qui met le feu à la campagne. La free party reproduit le rapport entre bohémiens et campagnards… Les teufeurs sont une tribu un peu « magique » non tolérée par les autochtones. Dans l’histoire, une caravane de camions en quête de champignons hallucinogènes frais éclos sur les bouses alpestres se coince au fond du vallon de la Jarjatte, qui ressemble aux monts du Colorado. L’idée de l’auteur était qu’il y ait une montée en puissance du son, un désir de communion mystique, entre des personnages très différents touchés par un phénomène commun. La nature répond de manière encore plus violente que la musique qui déclenche une apocalypse joyeuse… La fin d’un monde n’est que le commencement d’un autre.

Extrait : « Leur chevauchée est longue. Martial (l’homme des bois, ndlr) devient pareil à la barque fendant la mer, Paule semblable au pic-vert ouvrant l’arbre de son bec pour y creuser son nid. Elle sur lui, lui en elle, ils sont comme le ciel marié à la terre, comme le dragon bleu pénétré du dragon vert. Le sang blanc jaillit de Martial. Paule pousse un long râle. Dehors, les loups l’accompagnent en dressant leurs gueules vers la lune. »

C’est un coup de foudre qui transforme la destinée de plusieurs personnages. Un professeur « parpayot » et une racaille niée par sa famille salafiste sont tous les deux foudroyés. Ils deviennent les prophètes de la nature en colère. L’homme des bois et la plasticienne s’unissent à fins de procréation. Un enfant nait…

Ce roman est un passage générationnel sur la nature, l’envie de fuite du monde, le mode de vie nomade des teufeurs… Ce roman illustre une métamorphose comme Ovide l’a rapporté dans les Métamorphoses. La free party est un rite social d’une société qui n’a plus de rite d’accès à la vie d’adulte. Les TAZ (selon Hakim Bey, théoricien libertaire) d’hier sont devenues les ZAD d’aujourd’hui et parfois se rejoignent, le look des « zadistes » n’est pas loin de celui des adeptes de la free. Il y a un mouvement « homme des bois » dans les personnages de Pyromanes qu’on retrouve aujourd’hui dans les luttes contre le bétonnage non concerté ou le mouvement spontané « Nuit Debout ».

On espère la lire avant la fin de notre monde la suite donnée à ce roman délirant.

Retrouvez ici l’annonce de Fraternels, le nouveau roman de Vincent Borel, sur le site de Sabine Wespieser

Cet article a été rédigé pour la revue Jungle Juice #2 édité par Supernova Éditions.

Couverture du livre. En cliquant sur l’image, vous tombez sur la FNAC pour vous le procurer.

Publié par christophe

Associé de Rosa Bonheur - Consultant artistique, communication & web - Chargé de mission à Technopol - Techno Parade