The Klaxons ne font pas coin coin

ça a bien déchiré le concert des Klaxons : une simplicité dans le jeu de scène,
une grande efficacité dans l’interprétation, mais surtout des morceaux efficaces,
des morceaux à eux et la reprise de Not Over Yet, un tube club des années 90.

Grâce à David Navas et à Michaël Amzalag, j’ai pu assister au concert de ce groupe
apôtre de la new rave. Qu’est ce que c’est ? Pogoter sur du rock dansant et hurlant
en se gavant d’ecstas et de bière ? À regarder la tête du chanteur, cela semble être
la posture de base. Plus simplement, la new rave est simplement du rock
efficace, du MC5 actuel…

Ambiance électrique de jeunes gamins des beaux quartiers en total slim, lumières fluos
sur la scène, pénombre jouissive d’un concert ramassé qui se termine pas le
débordement du public sur scène.

Vous pouvez ici regarder la vilaine vidéo que j’ai faite avec mon mobile : video.

Neila Serrano

Neïla Serrano, à gauche, expose place Vendôme dans l’expo de Chayan, ci dessous,
grâce à Fabien Ouaki, à sa droite.

Quand on a 20 ans, un sacré coup de patte, un humour et un esprit remarquables et
la chance de se voir encouragé par ses pères (pairs ?), que demander de plus ?
La carrière artistique étant des plus impalpables et improbables, chaque opportunité
est à saisir et Neïla semble bien l’avoir compris.

Il s’est trouvé que Fred Phi m’a proposé de collaborer avec elle aux relations publiques
de la première présentation des travaux de la jeune artiste début mars. Le temps est vite passé,
mais le challenge semble avoir été réussi : près de 400 personnes sont venues mercredi soir
voir les travaux de Neïla.

Plus d’infos

Un nouveau disquaire à Paris !

Oui cela peut arriver : un nouvel endroit pour une relation plus humaine entre
la musique et les amateurs et pour faire fi de la dématérialisation de la diffusion de la
musique. Les ordinateurs, c’est comme les livres, et pour reprendre Victor Hugo, ce sont
des amis « sûrs et froids ».

C’est peut être cela qui a motivé Éric Labbé (rencontré sur le dossier « la fête comme
objet politique » de la revue Vacarmes) à quitté son job de com à Act Up Paris pour se lancer
à fond dans la musique, disquaire le jour et artiste la nuit avec Charlotte (Headphone Karaoké).

La boutique est l’extension du Troisième Lieu, l’établissement des filles sympas enmenées par Yauss.

Rendez-vous demain jeudi dès 18h rue Quincampoix près de Pompidou pour l’ouverture d’Electro Kitchen
au son de The Driver alias Manu le Malin et Patrick Vidal. Cela promet déjà !

Adresse : 60, rue Quincampoix, Paris 4.

Etrange Saint Valentin

visuelweb050207.jpg

Oyez, oyez bonnes gens ! Venez par ici danser pour une bonne cause, un peu trop délaissée
des politiques publiques : le VIH. L’Etrange Saint Valentin est la version romantico trash de
l’Etrange Noël destinée à récolter des fonds au profit d’Act Up Paris et de Sidaction.

Nicolas Sarkozy aux Bains, comme Giscard à l’époque du Palace.


Le débat sur les sarkozystes de gauche proposé par la Diagonale (les sarkozystes de gauche) et
Gay’Lib’ (les gays de l’UMP) a donné lieu à une analyse intéressante de la part des intervenants.
Philippe VILLIN, banquier d’affaires, Thomas DOUSTALY, directeur de la rédaction de Têtu, Gérard SIAD,
président du syndicat national des entreprises gays, Henri MAUREL, président fondateur de Radio FG,
Donald POTARD, fondateur de la fraternelle « Les Enfants de Cambacérès » et Hervé Gastaud, Gay’Lib’
ont débattu de la façon dont l’homophobie est devenu un thème récurrent de combat de la droite libérale
et comment la droite, finalement, la droite libérale, pas la conservatrice à la de Villiers, n’a pas encore
jeté son dévolu sur l’égalité de tous les citoyens devant le mariage et l’adoption, et encore moins sur
la question de la transsexualité, des migrants, etc.

Il reste encore des lignes de fracture. Heureusement, sinon on ne pourrait pas faire de choix.

Les différences sont claires sur le mariage. Nicolas Sarkozy a été clair lundi 6 février sur TF1 : pas de
mariage, mais la prise en compte des spécificités et des demandes. Cela ne l’engage pas à grand chose,
mais il s’appuie sur le refus de certains gays de se marier. Il n’a pas tort.

Petit rappel historique : lors de la campagne de 1981, le président candidat Valéry Giscard d’Estaing
était venu dîner au Privilège. Sans donner aux Bains la même importance, le fait qu’un candidat
Ministre de l’Intérieur vienne dans un club, gay de surcroît, est un geste, un signe. Don’t forget.