Trash 2000 is back

 

Dans les vapeurs de la fin des années 90, j’ai créé le pseudo de DJ Trash 2000 en guise de blague sur le passage à l’an 2000. Trash 2000 est même devenu Bug 3000 en 2000 lors de quelques DJ sets, suite au bug informatique qui marqua l’époque.

Trash 2000 a même été le mot de la fin du roman « Plus fort que moi » de Guillaume Dustan… Cela fut le début de notre amitié jusqu’à sa disparition en 2005. Désormais c’est mon pseudo quand je mixe pour le collectif Deviant Disco Paris, qui dispose désormais d’une résidence sur la webradio FG Chic.

Pour écouter FG Chic

War on Drugs in Paris ?

Petite réaction à chaud à la lecture d’un article du Parisien, qui fait une concurrence de dingue à la ligne éditoriale de Bernard de la Villardière. Le Parisien pond des articles qui sentent bon l’Angleterre des années Thatcher et Major 30 ans après la vague Acid House des années 1988 / 1990, Vice UK a résumé cette campagne d’opinion digne de la première série House Of Cards (l’anglaise, pas la ricaine).

L’article du 14 mars sur les quais de Seine

Il est donc question de la la consommation sur les quais vers la Cité de la Teuf, le vrai nom de la Cité de la Mode, que Sarkozy nommait comme « le truc vert de Delanoë ». Ce bâtiment audacieusement réhabilité par Jacob et Mc Farlane et exploité par la Caisse des Dépôts a totalement raté sa vocation, aucune boutique, aucun défilé régulier, juste l’Institut Français de la Mode, la meilleure école pour se lancer dans le business de la mode en France. Par contre, il y a juste cinq établissements festifs, deux sur le quai, Nuits Fauves et Garage, le Wanderlust en rdc niveau rue et deux rooftops, Café Or et Communion, et pas d’action sur le périmètre, lui même relié de fait à tous les établissements festifs et culturels du quai François Mauriac devant la BNF.

Cet article fait fi des actions d’information et de réduction des risques existantes et reflète l’état de l’opinion sur la question de consommation de drogues en milieu festif. Il est tout à fait possible de réduire les risques comme le fait le Garage avec la sécurité et de mener des actions de communication envers la clientèle. Paris a la chance de disposer de Fêtez Clairs, qui est un groupement d’actions concernées par la réduction des risques en milieu festif.

L’État ignore encore l’information sur les produits toxiques, comme si la santé des consommateurs n’avait aucune importance. C’est ridicule et désolant de voir que la guerre aux drogues permet au Parisien de choquer l’électeur FN qui sommeille en nous et d’omettre les actions positives sur le sujet.

La mise en place d’une amende pour la consommation de stupéfiants décidée par Macron et Collomb est une étape importante, tout comme le rapport des députés Pouillat et Reda sur la question.

Guillaume et William reviennent

C’est étrange un départ volontaire, cela laisse toujours les autres dans l’embarras. Moi aussi, comme rapporté en fin de biographie sur Guillaume Dustan aka William Baranes par Raffaël Enault, j’ai fait partie de ses amis à l’avoir croisé à l’automne 2004. Je tombe d’abord par hasard au Rex Club, je revenais de Shanghai un peu fatigué. On s’est revus pour une fondue savoyarde à Saint Michel (un quartier où je ne vais jamais, mais avec Guillaume ce n’était pas pareil et cela donnait un aspect estudiantin). On avait échafaudé des plans pour son retour en grâce dans l’opinion, un argumentaire sur les différents sujets sur lesquels il avait été attaqué. Je faisais son spin doctor, sans doute un reste des 17 ans à collaborer avec Henri Maurel. Je sentais que les mots l’effleuraient. À postériori, et à la lecture de la biographie / journal de Rafael Enault, il semble qu’il était déjà ailleurs.

La nouvelle de sa mort fut triste, très triste, un peu comme le départ de Sextoy.

Il était loin le temps des week ends à l’époque de CQFG (et non E.M@LE) hiver 1998 / 1999 où nous nous réfugions dans le grand comble de la maison de sa mère, Lisa. On chargeait le Godin, on s’évaporait en volutes diverses et se projetait dans un imaginaire. À ce moment, je travaillais 7/7 bouclant dimanche dans la nuit pour chroniquer en direct à l’antenne à 7h45 lundi matin. La radio, ça ne te lâche pas, la presse ça t’empêche de dormir. Nous avons du faire quelques week ends entre rédacteurs, amis et utopistes notoires avant que sa collaboration n’explose, d’abord parce que ses coups de tête étaient notoires, comme danser au milieu des ordinateurs alors que Gilles Beaujard et Ionna bouclaient la maquette… Le plus gros problème était financier et pas de son fait. La presse gratuite LGBTI repose sur une myriade de petits annonceurs locaux très exigeants et très mauvais payeurs. FG a arrêté les frais au bout de six mois. Henri a du rabattre ses prétentions quant à l’opinion gay et Antoine (Baduel) faire au mieux pour gérer une situation tendue financièrement.

Il faut relire sa prose, ses éclairs de génie. On peut être écrivain et polémiste, Hugo, Sand, Mauriac ont montré la voie.

Pourquoi cette couv’ sur Tinky Winky des Teletubbies ? L’équipe de la matinale de Radio FG d’alors, le trio Schmitto (Olivier Schmitt), Xavier Faltot et Thomas Plessis ont fait brillé l’antenne, ils ont flashé sur ce personnage détonnant violet avec un sac à main (on était alors en pleine phase « hand bag »). On se disait toute la journée « lala » en s’évaporant dans les couloirs de la station…

Article à l’occasion de Dustant Superstar de Raffaël Enault (Robert Laffont)

Que dire du livre ? C’est le premier ouvrage sur Guillaume / William, soyons honnêtes, ne vilipendons pas le travail d’un jeune auteur, qui a réussi son projet. C’est très bien que cela ne soit pas un ouvrage hermétique au jargon insondable, mais un outil de vulgarisation de la pensée de notre ami. Guillaume était lui même un vulgarisateur (d’où le Rayon chez Balland).

Pour se faire une idée de E.m@le Magazine / CQFG

La nuit a la Gaule – Rencontres Européennes de la Nuit 2018

Alors que fleurissent de nouveau à Paris les fermetures administratives, La Machine du Moulin Rouge en est un exemple manifeste et désolant, les acteurs professionnels CHRD, Nuit et Live se réunissent en grand conciliabule dans la capitale des Gaules à l’occasion des Rencontres Européennes de la Nuit. Il y a aussi une partie publique avec les Nuits du Futur en partie public jeudi 1er février au soir.

L’ambition est grande de l’EuroCouncil of the Night : « avant de rêver, il faut d’abord comprendre » ! 10 groupes de travail s’attacheront à fignoler des propositions sur les sujets suivants : santé publique, voisinage, règlementation, Europe, fiscalité, politique culturelle… Un livre blanc sera proposé dans l’année en guise de viatique pour faire du tourisme nocturne une source d’emplois (non délocalisables) hors de l’instabilité juridique que la France ne connaît que trop bien. Moralité, malgré tous ses défauts, des spots comme Londres et Ibiza restent des destinations de prédilection pour les investisseurs. Il est en effet toujours délicat de consolider des investissements quand le pouvoir discrétionnaire d’un fonctionnaire peut rayer de la carte un projet économique. Dans la plupart des pays européens, il faut un juge pour décider de la fermeture d’un établissement et du chômage de ses salariés.

Rendez vous à Lyon jeudi 1er et 2 février 2018

 

Lollapalooza, pratique amateur et politique culturelle

Ce qui a été fait au livre a été refusé en 1985 par les majors, normal elles ne produisaient de la musique que pour alimenter les machines qu’elles construisaient. Pour preuve, les majors dépendaient de la convention collective de l’industrie métallurgique… Aujourd’hui il n’y a que notre Jack pour l’ouvrir face à des fonds d’investissement voyant les festivals comme des marchés captifs de porte monnaie et de « temps de cerveau ». Source

« On aurait été ravis d’accueillir M. Lang sur le festival afin qu’il se rende compte que c’est une initiative locale, faite par une société française qui s’appelle Live Nation France, qui compte 65 salariés et emploie pour l’organisation de Lollapalooza 1.500 personnes, toutes rémunérées, sans bénéficier d’aucune subvention publique », a réagi Matthias Leullier, directeur général adjoint de Live Nation France, filiale de Live Nation.

« C’est dommage de nous mettre dans le même sac que des opérations capitalistiques, alors qu’on est une entreprise qui souhaite s’inscrire localement et dans la durée », a affirmé M. Leullier à l’AFP.

L’économie de la culture sombre dans la crise et l’abnégation comme le démontre avec force la loi Création qui autorise le bénévolat de l’artiste dans le spectacle vivant. Cependant la circulaire reste en suspens, voir la fiche IRMA sur le cadre de la pratique amateur. On peut avoir l’impression que les gouvernements successifs démontent patiemment les réalisations antérieures. Ne parlons pas des arts plastiques dont la part dans le budget 2018 baisse encore. Le CNAC Le Magasin à Grenoble disparaît peu à peu, quasiment plus d’exposition et disparition de l’École du Magasin, seul projet pédagogique sur le commissariat d’exposition.

Ne devenons pas comme l’Espagne, l’Italie ou les États Unis qui ne sont même pas foutus d’avoir un ministère de la Culture, comme le remarque très justement Quincy Jones.

Heureusement le projet de « maison commune de la musique » repart, il y a du bon d’avoir un président libéral. Les professionnels de la musique restent suspendus à la remise du rapport de Roch-Olivier Maistre. Le PDG de Devialet a écrit une tribune sur le sujet fort intéressante : il y a consensus sur le projet. Aurélie Filipetti a avalé les 150 M € que Frédéric Mitterrand avait laissé s’accumuler pour le projet. On repart de zéro désormais. Il faut y arriver.