Une Marche des Fiertés, une chorale et Stonewall

Pas peu fier de cette réussite !

Ma dernière dédicace à l’esprit Rosa Bonheur : la chorale sur le podium de la Marche des Fiertés

Sinon il y a beaucoup à dire sur cette édition de la Marche des Fiertés avec ses 90 chars, réunissant aussi les Goudues sur Roues que Google France. Quelle réussite ! Évidemment, toute réussite crée des jalousies, des critiques et des énervements, sauf qu’à New York les contestataires, ou du moins, les radicaux ont réussi à organiser un autre cortège, ce qui n’est pas le cas à Paris.

Il est assez affligeant de voir les critiques pleuvoir sur l’Inter LGBT par de beaux esprits trop élégants pour mettre la main à la pâte, passer des heures en AG à discuter avec des mili-tant-e-s en fusion perpétuelle et se retirer les deux doigts du fessier parfois. Il est vrai que l’affiche, dévoilée seulement moins d’une semaine avant la date, est le point culminant d’un certain manque d’exigence (pour rester poli). Cependant, la Marche existe, avec son podium. Il reste des tonnes de choses à faire : avoir des personnalités comme soutien, créer une bourse pour financer des projets audacieux d’action lors du défilé, avoir une politique d’accueil des visiteurs (là je ne parle pas de rombières américaines mais d’acteurs n’ayant pas les moyens de venir), etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.